Le KERALA est un État du sud de l'Inde. Situé au sud-ouest de la péninsule indienne, il appartient, culturellement et linguistiquement à l'Inde du Sud. On y parle une langue qui, pour l'essentiel, est spécifique à l'État : le malayalam ; il fait partie des langues dravidiennes, prédominantes dans la région.

Le Kerala est de modestes dimensions, mais densément peuplé (33 388 000 habitants au recensement de 2011 pour 38 815 km2). Sa croissance démographique est toutefois la plus faible de l'Inde. Le Kerala est l'État indien dont l'indice de développement humain est le plus élevé.


HISTOIRE 

La région est peuplée depuis la plus haute antiquité. Les Romains faisaient déjà du commerce avec le Kerala. L'identité régionale se forme au XIVe siècle lorsque le Malayalam se différencie nettement du tamoul.

L'une des raisons du voyage de Vasco de Gama depuis le Portugal vers le Kerala en 1498 est de briser le contrôle musulman sur le commerce des épices entre les producteurs locaux et le Moyen-Orient. Il fait construire la première forteresse portugaise en terre indienne à Cochin (Kochi) en 1503, puis, prenant avantage de la rivalité entre les râjas de Calicut et de Cochin, entreprend de détruire ce monopole. Cette lutte entre Calicut et Cochin, permet finalement aux Hollandais d'intervenir, puis d'expulser les Portugais de leurs forts. Les Anglais s'implantent dans la zone par l'intermédiaire de la Compagnie anglaise des Indes orientales et sont fermement installés au Kerala au début du XVIIe siècle. En 1792 Tipû Sâhib essaie de regagner du territoire sur celui tenu par les Britanniques, mais sans succès.

Les Portugais sont surpris, lorsqu'ils arrivent au Kerala, d'y trouver des chrétiens. L'histoire de cette communauté date de l'arrivée en 52 de saint Thomas, puis elle sera augmentée de chrétiens syriaques venus de Bagdad en 192. Cette communauté chrétienne parle le malayalam et ses membres s'appellent eux-mêmes les Nazaréens. Elle est encore très influencée par le judaïsme et elle a des relations avec les Nestoriens de l'île de Soqotra.

L'État moderne du Kerala est créé en 1956 à partir du Malabar qui était une partie de la présidence de Madras, du Travancore et de Cochin. Ces deux derniers étaient des États princiers dirigés par des maharajas qui avaient la particularité de se préoccuper de l'éducation et du bien-être de leurs sujets.


GEOGRAPHIE

Le Kerala consiste en une étroite bande de terre le long de la côte sud ouest de l'Inde dont la largeur varie de 35 à 120 km. Il est bordé par la mer d'Oman à l'ouest et par les Ghâts occidentaux à l'est. Situé entre 8°18' et 12°48' de latidude nord et 74°52' et 72°22' de longitude est, sa modeste superficie, 38 815 km², représente 1,18% du territoire indien.

Les États du Karnataka au nord et du Tamil Nadu à l'est sont les voisins immédiats du Kerala. Le district de Mahé, une partie du territoire de Pondichéry, est enclavée dans le Kerala.

Le Kerala est composé de 14 districts : Alappuzha (Alleppey), Ernakulam, Idukki, Kannur (Canannore), Kasargod, Kollam (Quilon), Kottayam, Kozhikode (Calicut), Malappuram, Palakkad (Palghat), Pathanamthitta, Thiruvananthapuram (Trivandrum), Thrissur (Trichur) et Wayanad (Wynad).

Le Kerala est divisé en trois zones distinctes :

* Les montagnes et vallées profondes se situent à l'est, sur les contreforts des Ghâts occidentaux. Elles sont couvertes de forêts denses et les courtes et nombreuses rivières kéralaises y prennent leurs sources pour se jeter dans la mer d'Oman.

* La plaine centrale est constiuée de collines et de larges vallées agricoles.

* Sur la côte, longue de 580 km, les embouchures des fleuves abritent de nombreux ports. Longeant la côte, les Backwaters constituent un vaste réseau de lagunes reliées par des canaux communiquant avec la mer. De Thiruvanathapuram à Vadakara, ils représentent 450 km de voies navigables utilisées pour le transport avant de devenir une attraction touristique. Le lac Vembanad, entre Alappuzha et Cochin, est la plus importante réserve d'eau de l'état (200 km²).

La variété géographique et le climat expliquent l'importance de la biodiversité.


FLORE ET FAUNE 

La forêt couvre 26 % de l'état, on y rencontre des essences recherchées telles que le teck, le bois de rose ou le santal ainsi que de nombreuses herbes aromatiques. Ces plantes donnent lieu à une activité économique appréciable : exportation de bois, artisanat, encens, huile essentielles.

La faune est également très riche : léopards, tigres, éléphants, écureuils, singes, cerfs, ours, et de nombreuses variétés d'oiseaux.

Pour protéger cette richesse, nombre de ces plantes et animaux étant endémiques au Kerala, l'état a créé plusieurs parcs nationaux et réserves naturelles : Chinnar Wildlife Santuary, Eravikulan National Park, Jumarlom Bird Santuary, Periyar National Park, Silent Valley National Park.


CLIMAT 

Le climat du Kerala est tropical avec un régime de mousson du sud-ouest de juin à septembre. Les précipitations sont abondantes, 3 107 mm/an en moyenne (Inde : 1 197 mm/an) et il pleut entre 120 et 140 jours par an. En été, d'avril à juin, les températures atteignent 33° C, ce qui est relativement raisonnable en Inde.


ECONOMIE 

L'économie du Kerala est principalement agricole, secteur qui emploie 17 % de la population active. La noix de coco sur la côte, le thé et le café sur les hauteurs, sont cultivés de manière intensive comme le caoutchouc (91 % de la production nationale), l'anacardier et les épices qui de tous temps ont été une richesse de la région. Les épices généralement cultivées au Kerala sont le poivre (96 % de la production nationale), la cardamome, la vanille, la cannelle et la noix de muscade.

La pêche en mer ou dans les Backwaters, et ses industries de transformation, sont aussi des activités importantes (crevettes, palourdes, homards et huitres).

L'élevage familial et les cultures potagères contribuent de façon substantielle aux revenus des foyers modestes.

Les ressources minières kéralaises, bien que n'employant que 0,1 % de la population active, ne sont pas négligeables, on y extrait du monazite pour l'industrie nucléaire, de l'ilménite, du rutile, du zircon, de la bauxite et du kaolin.

Les nombreuses rivières descendant des Ghâts ont permis la construction de barages pour l'irrigation et la production d'énergie hydraulique. Cependant, les nuisances écologiques et humaines causées par l'inondation des vallées ont mobilisé l'opinion et les autorités sont en butte à une forte opposition telle celle suscitée par la construction du barrage Athirapally sur la Chalakkudy[1].

Le commerce, le bâtiment, les transports, l'industrie textile et le tourisme sont les autres secteurs importants de l'économie keralaise.

Le niveau de vie au Kerala est relativement élevé. Le revenu par habitant est passé de 5 100 Rs en 1992 à 19 500 Rs en 2000, 70% des foyers sont reliés au réseau électrique et 71 % ont l'eau courante[2]. Cependant le chômage est important et de nombreux Keralais travaillent à l'étranger, ils sont plus d'un million dans les pays du Golfe[3]. Ils contribuent notablement à l'économie keralaise par les revenus qu'ils rapatrient dans leur état d'origine.


POLITIQUE 

Le Kerala est l'un des États les plus stables politiquement de l'Inde et a la particularité d'avoir élu démocratiquement en 1957 un gouvernement communiste. L'État a la réputation d'être un des plus à gauche du pays. Ses citoyens sont très impliqués dans la vie politique et leur participation est bien plus importante que dans le reste du pays.

Actuellement (2006), la vie politique est dominée par deux alliances : l'United Democratic Front au pouvoir et conduite par le parti du Congrès (INC : Indian national congress) et le Left Democratic Front conduit par le CPI(M) (Communist party of India (M)).


DEMOGRAPHIE

Avec 31 millions d'habitants pour 38 815 km², le Kerala a une densité de population de 819 habitants au km ²[4]. C'est l'une des plus élevées du pays (324 hab/km ²). La concentration de population la plus forte se rencontre dans la plaine côtière où la densité diffuse de l'habitat créé une continuité ville-campagne. Les villes principales sont : Thiruvananthapuram (889 000 habitants)[4], capitale de l'État (son nom est souvent utilisé sous sa forme coloniale de Trivandrum), Kozhikode ou Calicut (880 000 habitants) et Cochin (1 350 000 habitants).

Le taux de natalité, 17,2 ‰, est un des plus bas de l'Inde (25,4 ‰). Le taux de mortalité global, 6,6 ‰ ainsi que la mortalité infantile, 11 ‰, sont également faibles. Ces chiffres ont permis au Kerala de limiter sa croissance démographique à 9,4 % sur la période 1991-2001[4], alors qu'elle est de 21,3 % pour l'ensemble du pays. Le Kerala est le seul état indien dans lequel le sex ratio, 1 058[4], est favorable aux femmes. On peut trouver une explication partielle à ce phénomène dans l'existence autrefois d'une organsiation sociale matrilinéaire, ce qui vaut encore aujourd'hui une place relativement plus enviable aux femmes kéralaises.

L'espérance de vie, 73 ans en moyenne, y est également l'une des plus élevées de l'Union indienne (62 ans).


ALPHABETISATION

Cet état a le plus fort taux d'alphabétisation en Inde avec 91% contre 64% en moyenne pour l'ensemble du pays selon le recencement de 2001.
Ce taux d'alphabétisation est aussi élevé chez les femmes (près de 88 %) que chez les hommes (plus de 94 %).


RELIGIONS 

Au début des années 2000, le Kerala comptait 56,1% d'hindous (60% en 1987), 19% de chrétiens et 24% de musulmans.

Contrairement à ce qui s'est passé en Inde du Nord, l'arrivée au Kerala de populations musulmanes ne s'est pas faite par des conquêtes militaires, mais par l'apport progressif de commerçants. En effet, dès le VIIe siècle des marchands musulmans installent des comptoirs sur la côte keralaise, s'y établissent et se marient à des femmes dravidiennes.

L'implantation des premiers chrétiens remonte au début de notre ère. Cependant ce n'est qu'avec l'arrivée des colons portugais et de leurs missionnaires qu'ont lieu de nombreuses conversions. Les 3/4 des chrétiens keralais sont catholiques.

Cette arrivée progressive, et plus ou moins pacifique, des musulmans et des chrétiens ajoutée à l'activité maritime séculaire qui implique le brassage de population, expliquent sans doute la cohabitaion plutôt harmonieuse des différentes communautés religieuses qui prévaut au Kerala jusqu'à présent. Cependant, la création en 1990 de l'Islamic Sevak Sangh, dissous en 1992 mais qui réapparaît sous la forme d'un parti politique fondamentaliste, le People's Democratic Party, bien qu'ayant un audience très limitée, traduit des tensions communautaires. 

Le Kerala se distinguait par la présence d'une communauté imporante d'israélites (Juifs de Cochin) la plus nombreuse qui soit recencée en Inde (voir : Histoire des Juifs en Inde). Celle-ci, qui comptait 2 500 membres en 1945, se réduit désormais à une vingtaine d'individus suite à une émigration massive vers Israël.


CULTURE 

La culture keralaise, création riche et originale, tire ses principales influences du Tamil Nadu et du Karnataka voisins ainsi que d'apports extérieurs (musulman et occidental).

Musique, danse et théâtre [modifier]

La musique du Kerala est une musique carnatique.

Le kudiyattam, l'un des théâtres sacrés les plus anciens de l'Inde, est né au Kerala.
Le kathakali, théâtre dansé, a pris sa forme actuelle au XVIIe siècle. Les représentations peuvent durer toute la nuit et sont très populaires. C'est un art qui requiert une grande concentration et une extrème précision et auquel les artistes se préparent en pratiquant le kalarippayatt, art martial datant du XIe siècle.

Le théatre d'ombres demeure au Kerala dans la plus pure tradition. Inconnu au nord de l'Inde, cet art a subi dans le sud de multiples avatars : la taille des figurines varie de 20 centimètres au Maharashtra à près de 2 mètres en Andhra Pradesh. Seuls le Kerala et l'Orissa ont conservé des silhouettes opaques : ailleurs, elles laissent passer la lumière et la colorent comme des vitraux. On suppose que le Tamil Nadu fut la première contrée indienne à développer le théâtre d'ombres, car même les montreurs du Kerala émaillent leurs récits de propos en langue tamoule. 


FESTIVALS

De nombreuses fêtes rythment l'année. Onam, la fête des moissons, est célébré dans tout le Kérala en l'honneur de Mahabali, souverain que l'on honore en organisant des festins, en portant des vêtements neufs et en décorant le seuil des maisons de fresques florales colorées.

Le pooram est une fête hindoue dont la plus renommée est celle de Thrissur. La parade d'éléphants caparaçonnés et l'orchestre de plus de cent percussionnistes attirent de nombreux dévots et curieux.

   voir le DIAPORAMA  

TRIVANDRUM / KOVALAM

12 km

20 minutes

COCHIN / KOVALAM

240 km

4 heures

KOVALAM / PADMANBHAPURAM

52 km

1 heure

KOVALAM / KANYAKUMARI

84 km

1 heure 20

KOVALAM / MUNNAR

330 km

5 heures 30

KOVALAM / KUMARAKOM

190 km

3 heures

Températures moyennes au Kerala (en ° C)

Mois

Jan

Fév

Mar

Avr

Mai

Juin

Juil

Aout

Sep

Oct

Nov

Déc

Températures maximales

30

31

32

34

34

30

29

29

30

30

30

30

Temperatures Minimales

22

23

24

25

25

24

23

23

23

23

23

22

Moyenne des pluies par jour en cm

1

1

3

7

10

17

14

9

8

12

9

4

 

QUELQUES CHIFFRES :

Superficie

38 863 km2

Population (recensement de 2001)

32 Millions

Religions : Hindouisme, christianisme, islam

Décalage horaire

GMT + 5h30

Climat

Tropical

Températures moyennes de février à mai

24° - 34°

de juin à septembre (mousson)

20° - 30°

d'octobre à janvier

18° - 28°

AEROPORTS

NATIONAL

INTERNATIONAL

CALICUT (Khozikode)

Oui

Oui

COCHIN  (Kochi)

Oui

Oui

TRIVANDRUM (Thiruvananthapuram)

Oui

Oui

COIMBATORE (Tamilnadu)

Oui

Oui

 

 

 

 

VILLES AYANT DES CENTRES AYURVEDIQUES

AEROPORT LE PLUS PROCHE

ALLEPPEY

TRIVANDRUM ou COCHIN

COCHIN - ERNAKULAM

COCHIN

KOVALAM

TRIVANDRUM

KUMARAKOM

COCHIN

TRIVANDRUM (Thiruvananthapuram)

TRIVANDRUM

PALAKKAD

COIMBATORE

QUILON (Kollam)

COCHIN ou  TRIVANDRUM

CALICUT (Khozicode)

 

    CHOISIR UN CENTRE AYURVEDIQUE

INFORMATIONS PRATIQUES SUR L'INDE >>

 

 

Accueil AYURVEDA VOYAGES Accueil Ayurveda Voyages PALAKKAD KOVALAM ALLEPEY KUMARAKOM
THRISSUR PALAKKAD CALICUT
KOLLAM COCHIN VARKALA KOTTAYAM WAYANAD BEKAL